La culture de spiruline : écologique par nature !

Du point de vue de l'impact environnemental, la production de spiruline est  la plus écologique des productions intensives humaines. 


La consommation d'eau est très réduite, les bassins étant remplis une fois dans la saison, elle se réduit à l'eau de nettoyage des outils et des locaux, et l'eau de compensation d'évaporation dans les bassins (500 à 1000 litres par semaine pour un bassin de 15 000 litres). Pour produire 1Kg de Spiruline, il faudra un peu moins de 200L d'eau en comptant l'ensemble de l'eau consommée sur l'exploitation. La comparaison avec les autres aliments est criante. Si on voulait comparer la consommation d'eau par kilo de protéine, l'écart entre la spiruline et le reste des sources de protéines serait encore plus important, puisque la spiruline contient 55% à 75% de protéines.


Dans notre cas, notre système de production en photobioréacteurs permet de consommer encore moins d'eau, puisque nous n'avons pas d'évaporation dans nos systèmes. Enfin nos eaux de nettoyage, appelées eaux grises bien que nos produits de nettoyage soient "écologiques", sont envoyées vers un bassin de phyto-épuration que nous aménageons en 2019, et l'eau ainsi traitée peut servir à l'arrosage des plantes et arbres de la ferme. La boucle est bouclée !


En culture artisanale comme c'est la cas de notre ferme, elle n'utilise pas de chauffage ni lumière artificielle. L'électricité utilisée correspond au fonctionnement des pompes pour le brassage de la culture et des quelques machines utilisées pour la récolte, la traitement post-récolte (mise en forme, refroidissement, surgélation ou séchage), le conditionnement, et le stockage froid. Notre fournisseur d'électricité est ENERCOOP, et il garantit la fourniture d'une électricité 100% renouvelable.


Enfin et surtout, la production de spiruline ne produit pas de déchet ! Presque pas, car nous devons chaque jour débarasser les bassins des résidus organiques créés par la croissance de notre belle ondulée. Il sort de nos écumeurs un jus qui est un concentré de matière organique et de nutriments. Nous travaillons cette année à la valorisation de ce co-produit, car nous l'avons testé comme engrais sur nos plantes aromatiques et nous avons obtenus des arbres !


Au final, la certification écologique devrait être une formalité lorsqu'on produit de la spiruline, et elle se limite principalement à la nature de la nourriture minérale que nous apportons au bassin pour la croissance de la spiruline. Nos chers politiques ont classés il y a longtemps la spiruline parmis les microalgues (il n'en est rien, voir ICI). Les microalgues étant de l'ordre du végétal, aucune denrée d'origine animale ne peut leur être apportée dans le cadre d'une culture écologique/biologique labellisée ou certifiée. Notre apport principal étant l'urée en culture conventionnelle de spiruline, il a fallu trouver un autre apport d'azote pour nos cultures. C'est chose faite et tous les spiruliniers peuvent désormais obtenir la labellisation AB ou la certification Ecocert pour leur culture.